RETOUR SUR UN TOURNAGE A L’ESIS : ANNY DUPEREY VISAGE DE L’ASSOCIATION SOS VILLAGES D’ENFANTS

Toute l’équipe de l’émission « Protégeons Demain », diffusée sur France Télévision et soutenue par SOS Villages d’enfants, tourne dans les locaux de l’ESIS en compagnie d’Anny Duperey, marraine de l’association. Les étudiants et anciens de l’ESIS ont eu l’opportunité d’effectuer un stage sur ce projet. Making off des premières scènes dans l’amphithéâtre.

Protégeons Demain – Interview

Troisième saison, 29 épisodes et autant de témoignages. Parrainée par l’association SOS Villages d’Enfants, l’émission « Protégeons demain » offre un point de vue unique sur le monde. Pour cette saison, le tournage s’est fait à l’ESIS, l’école supérieure de l’image et du son. Sur le plateau, le perchman et les cadreurs s’activent. Le réalisateur, Jonathan Taieb, prend place sur son tabouret. Silence. « Moteurs demandés, ça tourne, action ! » Le clap retentit dans la salle.  

François-Xavier Deler, directeur de la communication et du développement de l’association, est assis. « L’association a été fondée après la Seconde Guerre mondiale. » Elle prend en charge les enfants dont les parents ne peuvent plus s’occuper. Avec une singularité : elle ne sépare pas les fratries. « C’est assez rare dans la protection de l’enfance » déclare tristement le directeur.  

Pour se poser comme un acteur référent, l’association a opté pour une chaîne prestigieuse : France 2. Habillée très sobrement, un foulard sur les épaules, Anny Duperey se tient droite.  Elle a l’élocution des amoureux du théâtre. Pour elle, devenir marraine de cette association était évident. « J’ai perdu mes parents très jeune, et le deuxième malheur qui est arrivé, c’est que l’on m’ait séparée de ma sœur. Une chose dont on ne s’est jamais remise ni l’une ni l’autre. » Désormais, la France compte une vingtaine de Villages d’Enfants sur son territoire. Ce qui fait au moins autant d’enfants qui seront assurés d’être élevés avec leurs frères et sœurs. 

Protégeons demain avec Camille et Anny Duperey 

Pas de répit sur le plateau de l’ESIS

Mi-journée, il est grand temps de faire une pause. Mais Jonathan Taieb, n’est pas de ces hommes-là. Profitant du plateau soudain calme, il ajuste quelques lumières, rehausse un tabouret. Le concept de ce programme est simple : interviewer des enfants pour qu’ils expliquent ce que serait pour eux le monde de demain. « Ils sont en roue libre. » Il y a un gros travail de post-production. Le montage est assez complexe parce qu’il faut partir d’une base qui n’est pas écrite. L’équipe demande des castings très spécifiques avec un nombre réduit d’enfants « pour éviter les déçus ». Une fois installée sur le plateau, l’équipe fait au mieux pour désacraliser l’espace de tournage. « C’est très impressionnant pour eux, qu’ils aient 10 – 15 personnes devant eux, le matériel, la lumière, le grand écran, ils ne comprennent pas », Jonathan Taieb en est bien conscient.

Assignés au clap ou au retour image, les étudiants et anciens de l’ESIS ne s’ennuient pas. Pris en stage pour deux mois, Ilona Thoraval et Hugo Gastanaga accompagnent chaque jour l’équipe de « Protégeons Demain ». Ils assistent aux tournages, participent à la post-production et à la VFX. C’est François Dupont, le producteur, qui les supervise. « Je collabore depuis des années avec l’ESIS ». Ce partenariat est pour lui « un échange de bons procédés » : l’école met à disposition des locaux pour le studio. En échange, ils laissent du matériel dans les locaux de l’ESIS, la glassmak par exemple. « Tout le monde s’y retrouve à la fin. »

La dernière prise de la journée est enregistrée. Les caméras cessent de tourner et les jacks, débranchés. L’émission a été diffusée le 15 novembre après le journal de 20h sur France 2. François-Xavier Deler clôture le tournage : « Il faut préserver les enfants aujourd’hui pour préparer la paix. Et elle se prépare avec les enfants d’aujourd’hui. » C’est la troisième participation de l’ESIS au projet, qui figure en bonne place au générique et participera avec grand plaisir à une nouvelle édition.

Programmer une visite

Nous vous accueillons pour vous faire découvrir l'école et le matériel. Nous en profiterons pour répondre aux questions que vous vous posez sur l’école et ses formations.

Visiter l'école