Ecole Supérieur de l'image et du son à Paris Logo
Retour sur le site
Retour

Covid-19 : après un an de fermeture, les cinémas rouvrent à New York

Salle de cinéma vide

Le 5 mars 2021, les cinémas new yorkais ont pu rouvrir au public. Ils seront autorisés à admettre le public à hauteur de 25 % de leur capacité d’accueil habituelle, une limite de 50 spectateurs par salle est fixée. Après un an de fermeture, commence-t-on à entrevoir une reprise des activités du monde du cinéma ?

Fermeture des cinémas américains : la reprise un an après

Si New York fait office de précurseur avec sa réouverture en mars, l’autre grande ville du cinéma américain, Los Angeles n’a pas encore communiqué de date de réouverture de ses salles. Dans la troisième ville du marché, San Francisco, les autorités ont laissé entendre qu’une ouverture en octobre était envisageable. Mais les petits exploitants de cinéma ont décidé de poursuivre la période de fermeture. En effet, le nombre de visiteurs, l’interdiction de vendre nourriture et boissons et l’offre de films drastiquement diminuée ne permettent pas aux petites salles d’ouvrir sereinement.

Suite à la fermeture prolongée des salles de cinéma, les studios hollywoodiens ont tous décalé l’arrivée de leurs films ou ont choisi de les sortir sur leur plateforme de streaming. L’ouverture des salles doit redonner confiance aux distributeurs de films qui doivent fixer des dates de sortie en salle et les tenir.

Côté français, il est indéniable que la fermeture des salles, décidée pendant la crise de mars 2020, a durement impacté le marché du cinéma. Si on parle d’une réouverture mi-avril, rien n’est officiellement décidé.

Quelles sont les suites de la fermeture prolongée des cinémas ?

Les professionnels du cinéma français, tous secteurs confondus, ont déjà commencé à travailler pour rattraper cette longue période de fermeture. En réunion avec le ministère de la Culture, la Fédération Nationale des Cinéma a exposé son plan de réouverture : 400 films français et coproductions européennes sont prêts ou en cours d’élaboration. À l’ouverture, les salles pourront donc proposer une programmation 100 % française pendant près de deux mois.

La motivation des professionnels de l’audiovisuel français et les aides publiques pour relancer le secteur laissent entrevoir une reprise positive des activités cinématographiques en France. Choisir de s’orienter dans un cursus dans l’audiovisuel reste un choix judicieux : la fermeture des cinémas n’est que temporaire et on voit déjà les signes de la reprise économique du secteur. Bien que la situation ait été particulièrement difficile, les professionnels de l’audiovisuel ont su rebondir et continuer à travailler durant la période de fermeture des salles.

Il est donc très important de bien choisir son cursus, afin d’acquérir une formation solide. L’ESIS est un établissement privé d’enseignement supérieur dont les formations sont cotées et recherchées par les recruteurs de l’audiovisuel français. L’école propose invariablement à ses étudiants des stages professionnalisants en entreprise, qui sont l’occasion de mettre en pratique les connaissances acquises en cours.

À la reprise, le secteur audiovisuel aura besoin de professionnels jeunes et dynamiques pour reprendre en main un marché en berne. Pour le remettre sur pied, il est essentiel qu’une nouvelle génération de producteurs, de cinéastes, d’ingénieurs son et d’exploitants de salle s’emparent de l’audiovisuel français pour l’adapter à ces nouvelles dynamiques.