X
JPO du 10/12
L'ESIS vous accueille en Journée Portes Ouvertes !
Je m'inscris
Brochure ESIS
Découvrez l'école et ses formations
Je télécharge

Audiovisuel et économie collaborative : quels enjeux ?

Publiée le 11 juillet 2022

La pandémie mondiale a permis au concept de l’économie collaborative de se développer. Depuis, elle ne cesse de gagner du terrain, jusqu’à conquérir des secteurs apparemment lointains, comme l’audiovisuel. 

L’économie collaborative : qu’est-ce que c’est ? 

Le concept de l’économie collaborative est nouveau et repose sur le partage de biens, de services ou de connaissances entre les particuliers. Ainsi, souvent via des plateformes dédiées, les personnes peuvent s’échanger des outils de bricolage contre la création d’un site internet, par exemple. 

L’économie collaborative, déjà très appréciée des consommateurs, s’est considérablement développée suite à la pandémie de la Covid-19. En effet, lors de cette période restrictive, les Français ont systématisé un nouveau mode de consommation : courses quotidiennes en ligne, réservation de services ou de travaux de bricolage sur une plateforme, etc. 

Les confinements ont ainsi été une période propice à la réflexion sur les modes de consommation dominants jusqu’alors. Le public cherche désormais à mieux raisonner ses habitudes et à favoriser des circuits plus courts. Plus humaine, favorisant le rapport de proximité et moins impactante pour l’environnement, l’économie collaborative séduit massivement. 

Économie collaborative : quel est le lien avec l’audiovisuel ? 

Touché relativement accessoirement par la révolution de l’économie collaborative, l’audiovisuel intègre cependant des productions qui s’intègrent parfaitement au concept. C’est le cas des vidéos créées en ligne et partagées sur les plateformes collaboratives.   

En pratique, les Youtubeurs ou les Instagrammeurs ont été les déclencheurs de l’arrivée de l’économie collaborative dans l’audiovisuel. Ces professionnels ont besoin de tourner leurs vidéos dans des espaces plus personnalisés et aux coûts de réservation moins élevés que les traditionnels studios de tournage. Souvent sensibilisés à de nouveaux modes de consommation ou à des pratiques innovantes, ces professionnels ont su tirer parti de nombreux sites web. 

On voit ainsi plusieurs Youtubeurs utiliser les plateformes collaboratives du tourisme pour réserver et mettre en avant des espaces de shooting dans leurs vidéos (en mettant en place des contrats de partenariat collaboratif, notamment). Depuis, des interfaces et des espaces d’échanges dédiés à la réservation d’espaces de shooting selon le principe de l’économie collaborative ont vu le jour et rencontrent un franc succès. 

L’audiovisuel : que faire de la tendance à l’économie collaborative ? 

Si l’exemple spécifique des influenceurs ne signifie pas que l’audiovisuel soit prêt à fonctionner de manière intégralement collaborative, il n’en demeure pas moins que la tendance impacte fortement le secteur. 

Cette « économie du partage » a déjà conquis une grande part du milieu audiovisuel, en témoigne le volume colossal de vidéos postées en ligne, auxquelles réagissent des communautés de fan composées parfois de dizaines de milliers d’individus. L’audiovisuel doit donc se préparer afin d’encadrer en amont la systématisation de ce mode de consommation. 

Il est tout à fait possible que rapidement les plateformes d’échanges de matériel de tournage se développent massivement. Sur ces interfaces, les techniciens de l’audiovisuel peuvent proposer ou louer des équipements de captation ou d’enregistrement afin de travailler à moindres frais sur un projet. Des exemples existent déjà, qui commencent à se faire connaître, comme Light Share notamment. 

À L’ESIS, les étudiants ont accès à des équipements de pointe afin de s’entraîner dans les meilleures conditions et réussir leur parcours spécialisé dans l’audiovisuel. Nombreux sont ceux qui, déjà, intègrent l’économie collaborative à la mise en place de leurs projets professionnels. 

L’économie collaborative gagne du terrain dans de nombreux secteurs. L’audiovisuel n’est pas en reste et doit se préparer à ce changement important. 

200